l’ Actualité des Vergers Amandiers
Accueil du site > 12 - BOUC BEL AIR > Patrimoine > Une nécropole découverte à Bouc Bel Air

Une nécropole découverte à Bouc Bel Air

mercredi 8 février 2017, par Webmaster

Article publié sur le site de la maire le 20/01/2017 :
http://www.boucbelair.fr/article_12...
La découverte de ce site archéologique situé entre de complexe Guy DRUT et le collège Georges BRASSENS est remarquable, cette information mérite d’être relayée ici.


Fouilles archéologiques réalisées du 19/09/2016 au 31/01/2017 : JPEG Depuis le 19 septembre 2016, des archéologues de l’INRAP sont missionnés par l’Etat suite à la découverte de vestiges sur le chantier de Montaury en vue de l’aménagement d’un ensemble d’habitations. JPEG Les découvertes ont révélé une occupation dès le Néolithique (environ 9000 ans avant notre ère). En effet, des fosses silos contenants différents matériaux ont été mises à jour, des céramiques, des objets d’outillage et également un élément de parure permettent de dater l’occupation, tout comme les trois foyers de pierres chauffées, le puits et les trous de poteaux.

Les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là… puisque ce ne sont pas moins de 301 sépultures qui sont sorties de terre, à seulement 60 cm de profondeur, sur une surface de 4200 m².

Les tombes sont essentiellement recouvertes de tuiles protégeant les défunts. Différents modes d’ensevelissement ont été découverts : inhumations dans des coffrages en bois, dans des coffrages de pierres, dans un cercueil en plomb et également en amphore. Par ailleurs, quelques objets ont également été mis à jour, tels que des monnaies, une lampe à huile, et des petits récipients. Autant d’éléments précieux qui vont permettre d’y voir plus clair sur les pratiques funéraires ainsi que sur la datation exacte du site.

Cette nécropole présente également un mode d’inhumation particulier. Certaines tombes sont agencées suivant un axe est-ouest, toutes perpendiculaires à un mur présent, à l’inverse d’autres tombes, qui présentent une orientation différente. Il est donc clairement identifiable qu’il y ait eu deux périodes d’occupation, témoignant d’une utilisation sur une longue période, allant jusqu’à la période médiévale.

Ces découvertes précieuses, et peu communes dans le secteur vont permettre aux archéologues de faire une étude sur les squelettes retrouvés, et ainsi en savoir plus sur les populations de cette époque.

Les fouilles se termineront à la fin du mois de janvier 2017. JPEGJPEGJPEGJPEG


Article paru dans le magazine municipal "Le Boucain" n°14 - Février/Mars 2017 :JPEG


Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0